Accueil
Accueil > Lupin > Choix de l'espèce
ImprimerImprimer

Quel lupin choisir ?

Trois espèces de lupin doux peuvent être cultivées en Europe. Elles bénéficient des mêmes indemnités PAC que le pois et la féverole. Elles ont des noms de couleur qui ne correspondent pas forcément à celles de leurs fleurs.

  • Le lupin blanc (Lupinus albus) a des  fleurs blanches ou bleues. Il est tardif à maturité.
  • Le lupin bleu ou lupin à feuilles étroites (Lupinus angustifolius) a des fleurs blanches, bleues ou roses. Il est précoce à maturité. Il est cultivé en Allemagne, Pologne...
  • Le lupin jaune (Lupinus luteus) est à fleurs jaunes. Il est cultivé en Europe de l’Est.

Ce sont des lupins doux à très faibles teneurs en alcaloïdes.

Actuellement, en France, c’est essentiellement du lupin blanc qui est cultivé (d’hiver ou de printemps).

Le lupin bleu de printemps est assez précoce pour pouvoir être cultivé dans le Nord-Est de la France, (Picardie, Ardennes, Ile-de-France…). Il se récolte en même temps que le blé. Il y a eu une tentative de développement au milieu des années 2000 qui n’a pas abouti, car le rendement était souvent insuffisant pour assurer sa rentabilité.

Lupin blanc : hiver ou printemps ?

Le lupin blanc de printemps se récolte en août, voire septembre. Son rendement est très lié à la pluviométrie de juin et juillet. Les variétés disponibles sont trop tardives pour envisager cette culture dans le Nord-Est de la France.

Par rapport au lupin blanc de printemps, les variétés de lupin blanc d’hiver sont plus précoces et plus productives. Leur floraison est avancée de 3 à 4 semaines. Le risque de sensibilité au déficit hydrique et aux fortes températures est ainsi réduit. Elles permettent en moyenne un rendement plus régulier et supérieur (5 à 10 q/ha de plus).

Toutefois, le niveau de résistance au froid limite la zone de culture à l’Ouest et au Sud de la France. De plus, la culture d’hiver nécessite des sols très sains et une bonne protection phytosanitaire du fait de son cycle très long. Son système racinaire de type pivot est sensible aux sols gorgés d’eau. Derrière une céréale, la culture est également très sensible aux attaques de la mouche des semis, qui pond sur les résidus de paille.